Quand optimisation rime avec écologie

Voici le premier volet d’une réflexion en 3 parties sur le concept d’éco-conception numérique : Un point de départ pour comprendre le contexte de cette démarche.

Le numérique aujourd’hui, c’est près de 35 milliards d’appareils. À l’échelle du monde, il existe quatre fois plus d’équipements que d’humains, tandis qu’en France, nous sommes à 11 équipements par habitant. L’accroissement de cette valeur tend à s’accélérer, et les observateurs de références (GreenIT, The Shift Project) parlent d’une croissance de­ 6 à 9% par an. L’impact écologique du secteur est déjà supérieur à celui de l’aviation civile, avec 4% du bilan environnemental global des activités anthropiques, et pourrait atteindre d’ici 2025 le poids du secteur automobile, soit aux alentours de 8%.

Cette croissance exponentielle de notre consommation digitale est source de changement pour notre planète et nos écosystèmes. Alors, comment réduire l'impact environnemental du numérique en optimisant ses usages ?

L'éco-conception

Une orientation nouvelle est donnée aux projets digitaux : l'idée d’éco-conception commence à s’imposer comme un moyen d’optimisation des ressources numérique dans un but d’économie et de réduction de l’impact environnemental.

Jean-François, CTO chez Agily :

« L’éco-conception est une démarche qui impacte chaque métier de l’IT. Du design au développement en passant par la gestion des infrastructures dans le Cloud. À toutes ces étapes, il y a des optimisations de ressources à faire. Ces problèmes sont à prendre dans leur globalité et nécessitent de mettre en place une communication dédiée entre chaque partie prenante ».

Cela passe par un recentrage sur le besoin essentiel au niveau fonctionnel, une recherche de solution technique optimisée en fonction de ces besoins, ainsi que la mise en place de mesures des ressources numériques utilisées afin de surveiller la consommation de ressources tout au long du projet.

Nous en apprendrons plus sur ces pratiques d’éco-conception lors de notre Webinar Agily, qui aura lieu le jeudi 20 octobre à 13h.

Mais avant toute chose, il est nécessaire de comprendre comment nous en sommes arrivés là. Pourquoi ce concept est-il devenu si important dans le domaine de la création numérique ?

Alors faisons un peu d’Histoire (au cas où vous auriez manqué les premiers épisodes), et donnons quelques arguments chiffrés, car oui, la Data, c’est la base !).

Un contexte inédit

Les premiers signaux

« La maison brûle et nous regardons ailleurs »

Si la nécessité de prendre en considération le changement climatique n’était pas encore passée dans la conscience collective, cette déclaration de Jacques Chirac témoigne déjà, en 2002, de la présence de signaux d’alarme faibles.

En 2007, l’IPCC (GIEC) et Al Gore obtiennent le Prix Nobel de la paix. Pour la première fois, cette distinction est attribuée à une démarche d’étude et de diffusion des connaissances sur les changements environnementaux et leurs conséquences pour la planète.

Des accords historiques

En 2015, 195 pays ont signé les accords de Paris : un engagement à réduire notre impact sur l’environnement. L’objectif principal, sur le long terme, était d’éviter l’accélération du réchauffement climatique constaté par la communauté scientifique dans sa grande majorité. Le but : atteindre la barre des 2° d’augmentation en diminuant drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour ce faire, la diminution de nos émissions devrait être de 5% par an.

part du numérique dans les émissions ges mondiales

La fabrication : Les racines du problème

distribution de l'impact mondial du numérique par post

La fabrication du matériel reste à l’origine de 40% de l’empreinte carbone générée par le numérique (extraction, transport, manufacture).

*« Ainsi, un smartphone conservé deux ans voit-il son empreinte carbone se réaliser à plus de 80 % avant sa première minute d’utilisation. Une bonne partie des enjeux environnementaux du numérique n’est donc pas liée à l’usage que l’on en fait, mais en grande partie au volume de matériel produit, à son processus de production, et à sa durée de vie. Le premier levier est donc de réduire le volume de fabrication des équipements numériques » *

The Shift Project, 2021

Matières premières, un épuisement programmé

Un autre impact significatif de l’accroissement de production des équipements est en lien avec l’épuisement progressif des ressources «rares ». La fabrication des appareils électroniques nécessite l’utilisation de matières premières limitées.

evolution of world primary metal production

L’utilisation comme catalyseur

L’impact de l’utilisation n’est pas négligeable mais il est parfois difficile d’en percevoir réellement les effets.

Un visionnage de 10 min d’une vidéo haute définition en ligne équivaut à laisser allumer un four de 2000W à pleine puissance pendant 5 min.

Nous subissons déjà une forme d’effet rebond directement lié aux progrès technologiques des réseaux, des data centers et des équipements eux-mêmes. Les exemples sont légion : la démocratisation du streaming vidéo, l’augmentation continue de la diagonale des écrans plats (voir figure), le déploiement de la 5G.

poids-du-GES.png

La conception : un accélérateur de l’impact environnemental

*« Avec l’augmentation de la puissance des terminaux et de la vitesse des réseaux, les développeurs d’applications sont naturellement poussés à être moins vigilants que par le passé sur l’utilisation de ces ressources, et enrichissent les applications de fonctionnalités potentiellement accessoires. Ces applications qui consomment plus de ressources posent plusieurs problèmes:

  •   Elles augmentent le trafic de données résultant de leur utilisation et induisent une plus forte consommation des réseaux
    
  •   Elles augmentent l’utilisation des ressources (notamment des processeurs) et donc la consommation des équipements terminaux.
    
  •   Elles peuvent causer des ralentissements sur les terminaux plus anciens, moins performants, et donc inciter leurs utilisateurs à s’en séparer. Ce phénomène peut ainsi accélérer le renouvellement des terminaux » (ARCEP, L’empreinte carbone du numérique, 2019) »*
    

Comment remettre le progrès au service d’une démarche intelligente de création et d’utilisation, qui garde en tête les enjeux environnementaux ?

Rejoignez la discussion lors de notre webinar du 20 octobre et restez connectés, certains acteurs du monde numérique proposent des solutions pour optimiser leurs technologies.

Tous
Business
Jamstack
NodeJS
React Native
Développement Web & Mobile
Flutter
Mobile
Python
Strapi
Wordpress
UX/UI Design
Headless
Process business
Outils

Articles de la même catégorie

Refonte de site internet : améliorer son tunnel de conversion

5 conseils pour augmenter son taux de conversion lors de la refonte de votre site internet

Découvrez nos 5 conseils pratiques à appliquer lors de la refonte de votre site web pour augmenter votre taux de conversion !...
Express JS

Express JS : tout ce que vous devez savoir

Découvrez Express JS, le framework basé sur Node.js pour construire des backend puissants....
Angular vs React : que choisir ?

Angular vs React : que choisir pour votre entreprise ?

Vous hésitez entre Angular vs React pour développer votre site web d'entreprise ? Découvrez notre comparatif !...