Votre entreprise co-désigne-t-elle réellement avec ses utilisateurs en les plaçant sur un pied d’égalité ? Ou peut-elle simplement se féliciter d’avoir tenu compte des retours de ces derniers ?

Bien que le co-design et le design participatif soient des termes souvent utilisés de manière interchangeable, il s’agit de deux approches très différentes de la conception de produits et de services.

Agily vous aide à y voir plus clair en précisant en quoi ces deux démarches sont singulières, en fonction des niveaux auxquels les participants sont impliqués.

Quelles sont les étapes de co-design ?

Votre entreprise peutimpliquer ses utilisateurs ou clients finaux à plusieurs étapes et à plusieurs degrés dans la conception de ses produits. Cela va de la simple consultation à la co-conception, dans laquelle vos users sont partie prenantes du processus de design.

Ces différents niveaux sont, dans l’ordre croissant :

  • La consultation : les participants sont invités de manière informelle à faire part de leurs opinions, points de vue, idées et préoccupations.
  • L’implication : elle offre plus de possibilités de contribuer à la prise de décision, mais pas à l’établissement de l’agenda.
  • La participation permet une plus grande contribution aux étapes de co-design, y compris la définition de l’ordre du jour ou des activités de conception.
  • La co-conception : les participants sont traités sur un pied d’égalité et ont leur mot à dire pour décider des objectifs et des résultats du projet.

Co-design vs design participatif : pourquoi est-il si important de faire la différence ?

Le design participatif est une démarche qu’entreprennent de plus en plus de marques, soucieuses d**’impliquer leurs clients  dans la conception de nouveaux produits ou services.** Néanmoins, et selon leur degré de participation, et donc le pouvoir de décision que vous allez confier à vos utilisateurs, cette approche peut naturellement comporter certains risques notamment le biais de capacité et, si le design participatif n’est pas bien encadré, des accusations de tokenisme.

Le biais de capacité

Le biais de capacité est notre tendance à concevoir un produit en fonction de nos propres capacités. Une entreprise peut donc, malgré elle, biaiser les commentaires que lui font ses clients. Vous pourriez par exemple donner la priorité à une fonctionnalité particulière alors qu’elle n’est pas jugée essentielle par vos utilisateurs.

Bien sûr, vous devrez nécessairement faire des compromis. Notamment si une fonctionnalité est particulièrement attendue par vos clients mais qu’elle présente des coûts de développement élevés. N’oubliez pas que vos utilisateurs ne sont pas stupides et qu’ils comprendront que vous avez des contraintes si vous les leur communiquer.

Le tokenisme

Le tokenisme consiste à vouloir paraître inclusif plutôt que de l’être réellement. Certains utilisateurs peuvent par exemple avoir des réticences à participer à des ateliers de design participatifs avec certains organismes ou entreprises car ils ont le sentiment que leur voix ne sera pas réellement écoutée.

Charge à votre entreprise de rassurer ses clients, et de leur donner des preuves de votre bonne foi. Les retours que vous font vos utilisateurs peuvent ainsi non seulement vous aider à améliorer la conception de vos produits. Mais aussi, en amont, vous aider à façonner une démarche de design participatif qui soit réellement inclusif et qui permette au maximum aux idées partagées d’être prises en compte au moment de finaliser le produit.

Quels outils utiliser pour le design participatif d’un produit technologique ?

Dans le processus de développement, le design participatif implique de collecter des commentaires au fur et à mesure que le produit est construit. Mais aussi et surtout l’intégration de ces commentaires dans votre outil. Obtenir les commentaires des utilisateurs réduit le risque de vous attarder sur des fonctionnalités inutiles et donc d’aller directement à l’essentiel. En ce sens, c’est une composante déterminante de la méthode agile.

D’un autre côté, le co-design implique les utilisateurs au début du projet et dans un état d’esprit différent de la conception participative Cela nécessite de comprendre, d’établir des relations avec les utilisateurs dès le départ, d’analyser la manière dont ils pensent et interagissent avec votre produit et de trouver des solutions nouvelles et innovantes.

Mais cela nécessite également des compétences pédagogiques à destination de vos utilisateurs afin qu’ils puissent être pleinement impliqués dans le processus. Partez donc dû principe que cette démarche, bien qu’elle présente un excellent ROI, peut augmenter vos  coûts initiaux.

Bien qu’il offre à votre entreprise de s’assurer de la demande de son produit avant de le lancer sur le marché, le design participatif nécessite beaucoup de pratique. L’expérience vous permettra de vous assurer que vos processus de co-conception soient efficaces, sans que les coûts associés ne se transforment en obstacle à l’inclusion.

Agily vous fait bénéficier de son expérience dans le co-design. Découvrez comment nous pouvons vous aider à inclure vos utilisateurs dans la conception de vos produits digitaux !

Tous
Business
Jamstack
NodeJS
React Native
Développement Web & Mobile
Flutter
Mobile
Python
Strapi
Wordpress
UX/UI Design
Headless
Process business
Outils

Articles de la même catégorie

Product Designer

Product designer vs UX Designer : Quelle est la différence ?

Vous souahitez découvrir les différences entre UX designer et UX designer ? La réponse à toutes vos questions dans cet article...
Sprint Design : une méthode en 5 jours

Le Design Sprint en 5 jours : explications et méthode

Découvrez la méthodologie de Design Sprint, pour apprendre à concevoir vos produits digitaux en une semaine seulement....
Empathy Map : exemple

Empathy Map : Exemple et explications

Découvrez l'une des méthodologies UX les plus populaires : 4 étapes pour apprendre à créer une empathy map ! ...